frzh-CNende

Musée des Blindés

Salle Monde contemporain

Salle Monde contemporain

Ne sont classés au musée, comme contemporains, que des blindés postérieurs à la deuxième guerre mondiale où les premières versions de matériels encore en service.

Les engins soviétiques étant regroupés toutes générations confondues, il ne s'en trouve aucun dans cette salle où l'on peut, sans qu'ils soient délimités, discerner quatre groupes : les productions anglaises, américaines, allemandes et d'origines diverses.

La Grande-Bretagne est représentée par trois chars lourds dont le plus intéressant est l'énorme Conqueror de 66 t, porteur d'une puissante artillerie de 120 mm. Datant de 1954, donc à peu près contemporain de l'AMX 50, il fut conçu pour des mêmes raisons et en eut les mêmes défauts. Alourdi par son blindage de 300 mm, il était sous motorisé. De plus, sa masse et ses dimensions interdisaient tout transport ferroviaire tandis que son autonomie se trouvait limitée à 175 km à une trentaine de kilomètres à l'heure. Il n'eut pas de suite.

Classés char moyen avec ses 52 t, le centurion, entré en service en 1949, résultait d'une étude terminée dans les derniers mois de la guerre. Son successeur fut le Chieftain, d'un tonnage équivalent, déclassé aujourd'hui par les Challenger I et II. Le musée escompte recevoir un exemplaire de ce type mais ce char utilise un blindage composite - le Chobahm - dont la composition est toujours tenue secrète. Il faut donc attendre une hypothétique déclassification.

La représentation américaine est aussi très riche avec des engins de peu d'originalité car ayant tous servis dans les forces de l'OTAN, y compris la France. Les deux Patton M. 47 et 48 sont présents ainsi que le Pershing, le vétéran de cette collection puisqu'entré en service en février 1945. Il est vrai qu'il était encore en service 25 ans plus tard.

Les Patton, devenus chars standards de l'OTAN, furent révolutionnaires à leur mise en service. Par leur embrayages et systèmes directionnels hydrauliques ainsi que par leurs moyens modernes de visée, télémétrie par vision stéréoscopique.

Il manquait un M. 60. Il est arrivé, en parfait état de marche, en provenance de...l'US Air Force ! C'est d'ailleurs ce qui a décidé de son choix car, affecté àla défense antiterroriste des bases aériennes américaines en Allemagne, il a très peu roulé. Armé d'un canon de 105 mm assortis d'un dispositif de stabilisation de tir et d'une visée laser, ce blindé de 52 t a été produit à environ 13 000 exemplaires.

Autre pièce intéressante, le char léger M. 41 Walker Bulldog de 23,5 t, est le digne successeur du Chaffee dont-il à la mobilité (plus de 70 km heure) grâce à un moteur de 500 chevaux.

La présence allemande est impressionnante avec les deux très classiques Leopards I et II, mais aussi le beaucoup plus original Jagdpanzer-Kanone héritier des chasseurs de chars de la deuxième guerre mondiale. Il est à noter que les Allemands auraient été les seuls à cultiver cette formule de blindés dans les années récentes. Avec sa caisse surbaissée et son canon long de 90 mm, cet engin a le physique de son emploi : on l'imagine très bien en embuscade, tapi dans un bosquet.

Le musée attend aussi un Guepard, autre dérivé du Leopard I, équipés d'un bitube antiaériens de 35 mm - pouvant être aussi employé en antichar - et d'un radar de surveillance et d'acquisition. Ce matériel a été utilisé dans les années 80 par l'Allemagne, la Hollande et la Belgique.

Aux côtés de ces engins de premier plan figurent des blindés plus exotiques très souvent des véhicules légers : le Lynx canadien ; le M. 114 Américain ; le Cascavel brésilien, le DAF YP 408 néerlandais ; l'Alvis Saracen britannique et une version originale de transport de troupes de l'EBS Panhard, que seuls les Portugais ont commandé.

À côté du PZ 61 Suisse, tout ce qu'il y a de plus classique, le char suédois STRV 103 S illustre l'influence d'un environnement très particulier sur la conception d'un engin de combat.


Engins

  • Le Centurion

    Le Centurion est le premier char de bataille britannique de l'après-guerre. Il est souvent considéré comme l'un des meilleurs chars d'assaut britanniques de tous les temps. Conçu pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi en Europe, mais trop tard pour le combat actif. Il a servi pendant la Guerre de Corée, où il aurait surpassé les chars américains et soviétiques. Il fut l'une...

    En savoir plus

  • Le Chieftain

    Successeur du centurion, le Chieftain est contemporain des AMX-30 et Leopards I. Il a été conçu dans les années soixante-dix avec comme priorités la puissance de feu (canons de 120 mm) et la mobilité (moteurs de 750 chevaux, vitesse proche de 50 km/h). Provenant des troupes britanniques stationnées à Berlin durant la guerre froide le Chieftain du musée arbore un camouflage urbain

    En savoir plus

  • Les chars Leopard I et II

    En 1956, la Bundeswehr engage un processus pour se doter d'un char de combat moderne en remplacement de son équipement en blindés américains (M-47 et M-48) en vue de prendre un avantage au point de vue blindage et puissance de feu face à la supériorité numérique des blindés soviétiques. Le cahier des charges qui en découle prévoit que le blindage doit supporter des tirs de 20 mm à...

    En savoir plus