Musée des Blindés

Salle Allemande

Salle Allemande

Le 18 juillet 1918 à Villers-Cotterêts dans l'Aisne, 300 chars Renault appuyés par 600 avions, mettent en déroute neuf divisions allemandes. Le 8 août, sur la Somme, six autres divisions connaissent le même sort. C"est le début de la fin pour l'armée impériale. Le 2 octobre, un représentant de l'état major déclare devant le Reichtag : " il n'y a plus de possibilité de vaincre l'ennemi par suite de l'apparition sur les champs de bataille, d'un facteur décisif : le char d'assaut".

Les allemands qui n'ont construit que 80 casemates chenillées A7V durant la 1ère Guerre mondiale, n'oublieront pas la leçon. Très vite ils contournent les clauses du traité de Versaille leur interdisant de posséder des chars et avions. En utilisant les facilités accordées par le traité germano-soviétique, ils développent leur nouveaux matériels en Russie. Et les premiers Panzer I seront expérimentés pendant la guerre d'Espagne.

Le 12 mars 1938, les blindes du général Guderian envahissent l'Autriche, puis la Tchécoslovaquie le 1er octobre. Onze mois plus tard, 57 divisions allemandes dont 10 blindées règlent le sort de la Pologne en quelques semaines. Nous avons vu par ailleurs ce qu'il advint de la France en mai 1940...

Le premier char allemand, le Panzer I, s'il apparait très rudimentaire, peu arme (deux mitrailleuses en tourelle) et mal blindé (13 mm), est en revanche de fabrication facile. II constitue le fer de lance des invasions de l'Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne, et on le retrouve en Belgique car il constitue l'ossature des divisions envoyées pour attirer le corps de Cavalerie Français. Il est déjà accompagné de Panzer II (canon de 20 mm) et de Panzer III (canon de 37mm), dont le blindage de 30 mm ne résiste pas aux obus perforants des Somua S35. Illusion de supériorité pour les Français, ignorant que les 1er Panzer IV disponibles (canon de 75 mm, blindage de 50 mm), ont été préservés pour la percée des Ardennes. Et, là, les blindés français ne font plus le poids...



Engins

  • Kettenkrad

    En savoir plus

  • le Panzer IV

    Le Panzerkampfwagen IV (PzKpfw IV), souvent appelé Panzer IV était un char d'assaut utilisé par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Conçu initialement comme char d'appui-feu, avec un canon de 75 mm court, pour le Panzerkampfwagen III, il finit par remplacer ce dernier quand les chars alliés devinrent trop protégés pour celui-ci. Rééquipé avec un canon long antichar, le...

    En savoir plus

  • Le Tigre I Sd.Kfz.181 Ausf. E tardif

    Le "Tigre I" est le nom commun d'un char lourd allemand de la Seconde Guerre mondiale. La première désignation officielle allemande a été Panzerkampfwagen VI Ausführung H (en abrégé PzKpfw VI Ausf. H, Ausführung est le terme allemand pour "version"), mais le char a été rebaptisé Panzerkampfwagen VI Ausf. E en Mars 1943. Le Tigre était en service à partir de fin 1942 jusqu'à la...

    En savoir plus

  • Les Marders

    Au cours de l'été 1941, le canon antichar allemand PAK 50 se révèle tout à fait inefficace contre le T34 russe apparaissant en grand nombre. La Wehrmacht ayant donc besoin rapidement d'une artillerie autotractée plus puissante, l'expérience est faite de monter un canon russe de76,2 mm capturé , sur un châssis de Panzer II. Le Marder ainsi crée se montre très efficace et, dès 1942,...

    En savoir plus

  • Panzer III

    Le Panzerkampfwagen III (PzKpfw III), souvent abrégé en Panzer III est un char d'assaut allemand, conçu à la fin des années 1930 et utilisé intensivement pendant la première phase de la Seconde Guerre mondiale. Il fut mis au point pour engager les blindés ennemis, alors que le Panzer IV, qui lui était contemporain, avait été prévu lui pour fournir des tirs d'appui aux formations...

    En savoir plus

  • Tigre II

    En savoir plus