frzh-CNende

Musée des Blindés

Salle France 1940

Salle France 1940

Les chars français de 1940

La déroute rapide des armées françaises en mai et juin 1940 a jeté la suspicion sur la combativité des hommes et les qualités de leurs équipements.

L'armée blindée n'a pas échappé à ses jugements lapidaires, portés sans discernement dans l'émotion de la défaite. Il faut donner à l'histoire le temps de s'écrire et s'accorder un peu de recul pour juger.

On sait aujourd'hui :

- que le nombre de véhicules blindés et équivalents dans les deux camps
- que les chars modernes allemands, plus nombreux, se révélèrent souvent inférieurs à leurs homologues français
- que la cavalerie blindée française et les chars de combat peuvent s'honorer de leurs authentiques faits d'armes arrêtant l'avance allemande au prix de lourdes pertes

Malgré les efforts de certains officiers clairvoyants dont le colonel De Gaulle et les généraux Flavigny et Delestraint la France est entrée dans la guerre en 1939 sous les ordres de généraux toujours aveuglés par la victoire de 1918 et sourds aux avertissements des événements récents.

À la mobilisation, le potentiel blindé français est encore principalement éparpillé en soutien des corps d'infanterie. Comme en 1917 les divisions mécanisées commencent à peine à se constituer, à la lumière de l'invasion de la Pologne par les hordes de panzers dévalant en rangs serrés et renversant tout sur leur passage.

Dans la salle Campagne de France 1940 on peut voir les chars :

- Hotchkiss H 39
- Renault AMR 33
- Renault R 39
- Renault R 35
- Panhard AMD 178
- Renault B1 bis
- Somua S 35
- Renault UE 31
- Side Gnome & Rhone
- Renault ACG1
- FCM 36
- Laffly V15T Licorne


Engins

  • Le char Hotchkiss H 39

    Le Hotchkiss H 39 est un petit véhicule, de 4,22 mètres de long, 1,95 de large et 2,15 de haut. Sa caisse est constituée de six parties en acier coulé, qui sont boulonnées ensemble. On a ainsi le plancher moteur et celui du compartiment de combat qui forment le bas du véhicule, et quatre pièces pour le dessus : une à l'avant, une à l'arrière et deux latérales. L'emploi d'acier...

    En savoir plus

  • Le char Renault B1 bis

    Le plus puissant des chars français en service en 1940 était d'une formule démodée, son artillerie principale étant placée en casemate ce qui en réduisaient la latitude de pointage. Cependant son blindage de 60 mm ne pouvait être percé par aucuns chars adverses. Il disposait d'un armement puissant (deux canons de 75 et 47 mm, 2 mitrailleuses de 7,5 mm) et une bonne mobilité en...

    En savoir plus

  • Le side car Gnome & Rhone

    L'AX2 800, le plus souvent attelée, fut réservée à l'armée et succéda à la 750 XA qui, étant culbutée, effrayait les militaires. Le side car est un Bernardet, fournisseur attitré des attelages Gnome et Rhone. L'AX2 est la plus forte cylindrée de la marque, mais pas la plus puissante.

    En savoir plus